LES PROJETS CHINOIS AU BUREAU D’ETUDE ACIMEX

Kevin VETEAU est technicien dessinateur au Bureau d’Etude d’ACIMEX depuis 2008. Fort de ses 11 ans d’expérience, il nous fait part de son quotidien dans l’entreprise tourangelle et notamment de ses relations avec ses homologues chinois.

Quel a été ton parcours avant ton arrivée chez ACIMEX en 2008 ?

J’ai d’abord obtenu mon BTS Conception de Produits Industriels (CPI) puis ma licence professionnelle Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO) en 2007, passée en alternance à la SKF, à Saint-Cyr-Sur-Loire (37). Je suis entré chez ACIMEX en 2008 alors que le siège était encore situé à Torcy, puis je les ai suivis lorsque nous nous sommes installés à Saint-Avertin en 2013.

A partir de quel moment interviens-tu sur une affaire, et quel est ton rôle ?

Le Bureau d’Etude intervient dès que le Service Commercial a fait signer le contrat : il nous fournit le cahier des charges qui a été établi avec le client, c’est alors que nous commençons le dessin de son projet pour lui proposer un document détaillé. Nous fournissons au client une NOTE DE CALCULS, un fichier technique avec les mesures et les performances de son projet, puis après validation nous établissons le dossier ACHATS pour le Service des Achats et enfin les dossiers MECANIQUE et ELECTRICITE à nos équipes techniques à l’atelier pour la production et la fabrication du produit.

Comment fonctionnez-vous avec vos interlocuteurs chez ACIMEX Chine quand il s’agit d’un de leurs projets ?

Nous avons principalement deux interlocuteurs ; le Service Commercial qui fait l’intermédiaire entre nous et le client, puis le Service Technique qui va lire nos dessins et transmettre les informations à l’atelier chinois.
Le fonctionnement est sensiblement le même que pour les projets français : le Service Commercial fait signer son contrat et nous envoie leur cahier des charges. A partir de là, nous établissons une première ébauche avec les données que nous avons, qui sont souvent beaucoup moins précises que sur les études françaises, et nous envoyons rapidement ce premier dessin. C’est alors que plusieurs échanges avec le client sont nécessaires, on modifie le plan, on le peaufine, on le réajuste, jusqu’à ce qu’il valide son projet final. La culture chinoise préfère la réactivité et l’échange en temps réel plutôt que la préparation en amont d’un produit fini à proposer au client, comme nous avons tendance à faire en France. C’est la seule vraie différence de fonctionnement que nous avons. Il a fallu nous adapter à ce mode de travail, mais après 10 ans de collaboration, le Bureau d’Etude ACIMEX est désormais très à l’aise sur les projets chinois.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une telle collaboration ?

Travailler avec la Chine est un challenge intéressant, outre la barrière de la langue et le choc des cultures, nous avons fini par trouver notre rythme. Nous devons nous montrer plus réactifs car les clients attendent un projet concret rapidement, et cela requiert une bonne maîtrise technique. Cette méthode de travail au « coup par coup » demande aussi beaucoup de réflexion pour résoudre rapidement les éventuelles problématiques que nous pouvons rencontrer en cours de production. Rapidité d’exécution, disponibilité et professionnalisme sont les mots-clés d’une bonne relation de travail avec nos collègues chinois. De leur côté, ils sont très transparents avec nous, communiquent beaucoup et n’hésitent pas à partager leurs avis et leurs techniques. Cela nous aide beaucoup à avancer main dans la main, pour l’aboutissement des projets.

ACIMEX, expert de la manutention lourde vous accompagne dans vos projets. N’hésitez pas à nous contacter ou nous demander un devis.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies à des fins de statistiques de visites.